28/11/2017

La pomme

Tu ne connaîtras qu'une pomme à la fois, chaque expérience de « je croque dans une pomme » est unique, chaque pomme est unique. L'idée « je connais la pomme » n'est qu'un concept, impossible de connaître toutes les pommes, ou la façon dont un autre perçoit ou fait l'expérience de la pomme. On « connaît » la pomme à travers nos sens, on fait l'expérience de sensations, on mémorise des sensations : goût, toucher, odeur, son, vision, d'UNE pomme, puis d'une autre,...

Et la mémoire nous joue des tours. On ne connaîtra jamais grand-chose de « la pomme », on connaît juste un peu d'une pomme, puis d'une autre, puis d'une autre,... Et notre cerveau range tout cela dans un même concept, dans la case « pomme ».

Il y a tant de variétés de pommes comme il y a tant de variétés de vies, on ne connaît toi et moi que la variété de vie « être humain », l'expérience de vie que fait un chevreuil, une taupe, un poisson bulle, un scolopendre, on n'en fera jamais l'expérience, on ne la connaîtra jamais, on ne connaîtra jamais « la vie », on connaît un peu l'expérience d'UNE vie, d'UN être humain « moi ».

On ne connaîtra jamais grand-chose de la pomme, mais ça n'empêche pas de croquer dedans et de prendre plaisir à la manger.

24 commentaires:

  1. franchement que pourrait on connaître de plus d'une pomme ? sa formule mathématique peut être mais qui arriverait à la comprendre , á doit être assez compliqué comme formule...qu'est ce quipourrait être plus intéressant que de croquer dedans ? rien ...

    X

    RépondreSupprimer
  2. Le problème vient surement du fait que le mental ne peut pas se satisfaire d'une explication simple, voir idiote. Si je dis qu'il n'y a rien de plus a connaitre d'une pomme que son gout, les philosophes vont se dire que je n'explique rien, ils voudront connaitre le mystère de la création d'une pomme. Je leur dirai que c'est de l'énergie solidifié , de la conscience mais ça ne suffira pas parce que le mental est toujours insatisfait, il veut toujours une idée plus précise. Pourquoi apparait-elle ? selon quelles règles ? quel est le Sens de la pomme ? on pourra dire qu'elle apparait pour nous satisfaire, selon des règles très complexes qu'on ignore et qui sont inutiles de connaitre si ce n'est pour combler notre curiosité. Une chose est sure selon moi, la pomme apparait pour nous, le monde apparait pour nous, pour nous satisfaire, pour nous permettre l'expérience humaine, tridimensionnelle, matérielle, de l'état de veille. La pomme est la preuve que nous sommes importants, qu'au dela de notre simple condition humaine, l'univers s'intéresse a nous et à notre expérience humaine. Mais en y regardant bien on voit que l'univers apparait toujours avec la conscience d'être. Quand je dors l'univers n'est plus. Quand je me réveil, l'univers est ...donc la simple conscience d'être fait que l'univers existe. "Je " ce n'est pas simplement " Moi ", c'est la totalité de l'univers.

    X

    RépondreSupprimer
  3. Oui, la vie ne se pose pas de questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est bien le problème, ne plus se poser de question, ne plus imaginer , ne plus se faire des films...tout le monde voudrait arrêter de penser mais personne n'y arrive vraiment.

      99 % des problèmes que les gens se font n'existent pas en fait, ils souffrent plus de leur imagination que de la réalité qui elle est très calme et banale. On se lève le matin , on fait ce qu'on a à faire mais si on commence a penser que le voisin ceci, le prof cela, les exams ceci, les impots etc ...on tombe dans le piège de la PENSEE COMPULSIVE qui est notre pire ennemi. Comme disait un ami à moi Yuri Lamarche ( voir son blog ) on peut méditer 15 min par jour, juste essayer de voir ce qui est en face de soi sans penser, c'est un pansement sur la vie, au début c'est difficile mais peu à peu on arrive a le faire souvent, être présent , simple observateur, on se détache de la pensée, du symbole et de l'imagination.

      X

      Supprimer
  4. malgré tout, il faut bien l'admettre, on attend et on cherche toujours l'idée géniale qui fera la différence, qui nous délivrera de la médiocrité. On écrit pour ça parce qu'on est poussé par la volontñe de puissance. La volonté de puissance est le seul concept qui me semble valide quoiqu'on en dise, c'est la volonté d'être plus dans son être et peu importe dans quel domaine, dans le domaine qui nous plait en fait. Le penseur cherche l'idée géniale, la compréhension géniale du monde mais...qui ne vient pas. D'ou l'abandon des mots.

    X

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Actuellement, je n'ai pas d'attente, pas de recherche de l' "idée géniale". J'écris uniquement par plaisir, mon plaisir, s'il est partagé tant mieux, s'il ne l'est pas, si personne ne lit ce que j'écris, c'est très bien aussi.

      Ce qui m'habite, c'est l'observation de "moi" et du monde, mais aucun désir de transformer quoi que ce soit.

      Les mots sont un plaisir, rien de moins rien de plus, ils ne sont pas pour moi l'outil au service d'un accomplissement personnel ou autre, ils ne participent pas à une recherche.

      Les mots font partie de la vie, comme la pensée. Je n'abandonne ni la pensée ni les mots, je n'abandonne pas le "moi", le "moi" fait partie de moi, de la vie...

      Supprimer


    2. l'observation du moi et du monde est encore un désir, un désir inconscient de quelque chose ...la "volonté de puissance" selon moi , il y a tjs une raison même cachée. La raison est la défense de la Conscience contre la pensée.



      X

      Supprimer
    3. oui, je ne sais pas s'il y a vraiment observation. Disons plutôt :

      Regard.

      Regard et vie.

      Supprimer
  5. D'ailleurs j'ai inventé une technique de méditation incroyable qui devrait te plaire : tu veux par exemple chercher une info sur internet et bien non tu refuses, cash ! ça crée un stress mental très léger, rapidement ça va créer un vortex mortel mental, au bout de quelques minutes tu sais plus ce que tu cherchais en fait , tu cherches mais t'a oublié et la tu te dis que parkison c'est sympa et que ça devais pas vraiment être important en fait et tu constates avec fierté que t'es toujours la par contre, bien vivant, évidemment t'es dans un état comme si t'étais un peu bourré à cause du vertige mental que tu t'es auto provoqué. A quoi ça sert ? a rien ! ça fabrique du vide, de la non pensée. Je peux te dire que après, avec un peu de pratique tu marches dans la rue un mec fonce vers toi a poil avec un couteau de boucher a la main et bien tu moufltes pas d'un pouce, tel un maitre Shaolin tu sais pertinement qu'une fois arrivé a ta hauteur , une légère esquive des pieds a gauche et un simple revers claqué de ta molle main droite viendra terrasser l'hérétique en face de toi.

    X

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je ne recherche rien, je n'ai aucun besoin ni envie de refuser quoi que ce soit, ni de créer un stress ou autre chose.

      Quand j'ai envie de taper un truc dans google, je le tape, je laisse tout couler en moi, je ne crée aucune tension.

      Chercher un état méditatif, c'est déjà un pas de trop selon moi. Être "moi" commence ici maintenant tout de suite, je n'ai rien à fuir de ce que je suis, comme je suis,...

      Je ne vois aucune raison de "méditer", d'accéder à une "état modifié de conscience", ou à un "mieux-être". Vouloir méditer, vouloir le calme, c'est déjà s'éloigner de soi. Pourquoi faudrait-il s'éloigner de soi ?

      Supprimer
    2. Je plaisantais bien sur, je ne m'intéresse pas à la méditation. Ce que tu dis est juste, pourquoi faudrait-il s'éloigner de soi ? la bd Ikkyu est remarquable pour ça et retraçe le parcours d'un jeune moine qui va se libérer peu à peu des obligations... la méditation, ascèse, libération de l'emprise de l'ego ou encore conscience de soi ou éveil spirituel ne servent a rien pour les gens comme nous, aucune discipline ni réalisation n'est nécessaire, même pas besoin d'atteindre l'éveil ou de devenir un sage. Si tu as soif tu vas prendre un verre d'eau, si tu es fatigué tu dors, si tu ne veux pas travailler ne travailles pas...

      X

      Supprimer
  6. J'ai découvert votre blog via un autre consacré aux tendances psychotiques qui s'expriment sur le web www.psychopathologie-du-web.net l'auteur a le culot de vous citer mais sans vous le dire je suppose comme un cas psychopatologique grave (frustrations, obsessions, narcicisme) je ne pense pas que vous ayez jamais donné votre accord là dessus alors je me permets de vous le dire car un lien ramène à votre blog
    bon courage a vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas à votre histoire. ;-)

      Supprimer
    2. Les psy voient des problèmes partout, la frustration, l'obsession et le narcissisme sont tout a fait normaux chez le genre humain, de nous inquiétons pas pour si peu, que de manières quand même, la vie continue...ce qui est moins normal par contre et la je m'inquiètes sérieusement, excusez moi du peu, c'est vous qui voyez , et bien c'est l'obsession, la frustration et le narcissisme des psy à l'égard des pauvres gens, je pense que les psy sont fous et qu'on devrait les interner avec high dose d'électrochocs pour les libérer le démon ! d'ailleurs c'est bien connu le démon se cache toujours la ou on ne l'attend pas, chez les gens les plus honnêtes, oh je connais bien le Diable monsieurs ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend a faire la grimace et comme on dit chez moi il est pastis moins le quart donc la classe a dallas.

      X

      Supprimer
  7. Je tenais en tout cas a te féliciter d'une part parce que personne ne le fera et d'autre part parce que tu as réussi a toucher la vérité ultime des choses à savoir que le monde est tel qu'il apparait exactement comme il apparait au moment ou il apparait, ni plus ni moins. Ta philosophie - ne chipotons pas sur les mots - est exactement la mienne. Il n'y a en effet pas de "monde " mais seulement ton expérience du monde. Alors évidemment ce que nous disons a des implications existentielles tres fortes, voir révolutionnaires parce que cela va à l'encontre de tout ce que l'on connait , de tout ce qu'on a appris . Voir ci dessous :

    "[…] c'est la pensée, la pensée pure et sans mélange, et non l'expérience et la perception des sens, qui est à la base de la « nouvelle science » de Galileo Galilée.
    Galilée le dit très clairement. Ainsi, en discutant le fameux exemple de la balle tombant du haut du mât d'un navire en mouvement, Galilée explique longuement le principe de la relativité physique du mouvement, la différence entre le mouvement du corps par rapport à la Terre et son mouvement par rapport au navire ; puis, sans faire aucune mention de l'expérience, il conclut que le mouvement de la balle par rapport au navire ne change pas avec le mouvement de ce dernier. De plus, quand son adversaire aristotélicien, imbu d'esprit empiriste, lui pose la question : « Avez-vous fait une expérience ? » Galilée déclare avec fierté : « Non, et je n'ai pas besoin de la faire, et je peux affirmer sans aucune expérience car il ne peut en être autrement[1]. ».

    Quel hérétique ce Galilée !

    X

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux évidemment pas prendre pour moi ces félicitations, car je n'y suis pour rien dans la façon dont je vois ou pense le monde.

      Je vois comme je vois et je pense comme je pense, et c'est pour tout le monde ainsi, je n'ai pas choisi de voir comme je vois ou de penser comme je pense, je ne suis pas à l'origine d'une quelconque "réussite" ou "victoire", il n'y a aucun objectif à atteindre et aucun objectif atteint.

      Voilà tout ce que je peux te répondre à ton "je te félicite". :-)

      Je ne crois pas au libre arbitre, même ce qu'on fait, nos actes sont déterminés par une infinité de facteurs.

      On ne se choisit, on ne choisit pas nos inclinations, nos penchants, nos personnalités, nos talents, etc.

      Je n'ai aucun mérite à être "Cédric", je ne me suis pas choisi. ;-)

      Supprimer
    2. Oui, il faut relativiser. Cédric n'a rien fait d'extraordinaire. Il a juste mangé un pomme. Encore, s'il avait croqué dans une pomme à cidre, on aurait pu dire : quel homme !

      Supprimer
    3. Et encore ! je ne croque même pas dans les pommes ! (j'ai les dents sensibles) et la plupart du temps j'enlève la peau (la moindre petite tache brune m'y contraint). Je mange les pommes au couteau. (j'ai notamment peur des vers).

      Supprimer
    4. il me semble tout de même que Cédric a mangé plusieurs fois une pomme. c'est tout ce que je souhaitais dire. je n'en tire aucune conclusion

      Supprimer
    5. les pommes ça n'existe pas !

      X

      Supprimer
    6. et les fauX départs ça eXiste ?

      Supprimer
    7. un faux départ c'est une invention, ça n'existe pas dans la vraie vie.

      X

      Supprimer
  8. https://www.youtube.com/watch?v=Tr8TBH9QIzY

    RépondreSupprimer
  9. Je préfère ne plus répondre, la pensée crée des catégories comme choix et non choix qui ne correspondent plus a mon expérience personnelle. Si je parle je dirai forcément une connerie donc je vais garder le silence

    Bonne route.

    X

    RépondreSupprimer